Turisas et DragonForce à Paris

RSS
Weiterleiten

2. Feb. 2009, 22:10

Cet article a été publié initialement sur mon blog The ASW. Vous pouvez laisser vos commentaires là bas. Ou ici. Ou ne pas laisser de commentaire du tout si vous n'avez rien à dire, c'est vous qui voyez !

Et voila, Turisas vient d'atteindre le record très honorifique du "groupe qui a eu le plus de fois cgo2 dans son public" (a égalité avec Sonata Arctica pour ceux que ça interresse), avec le nombre vertigineux de 3 fois ! D'abord en première partie d'Iced Earth à Paris en 2007, puis à Londres en 2008, et maintenant, samedi 31 janvier 2009, en première partie de DragonForce à l'Elysée Montmartre. Et puisque le groupe est confirmé pour Wacken 2009, il vont probablement établir un nouveau record à 4 fois, à moins que je me casse une jambe d'ici là.

Après cette introduction passionnante sur ma vie de metalhead, rentrons dans le vif du sujet, c'est à dire le résumé de cette soirée de folie. Putain faut que j'augmente le chauffage, j'ai froid et j'arrive pas à taper correctement au clavier.

Première surprise de la soirée : il n'y aura qu'une seule première partie (Turisas donc, bravo à ceux qui suivent) et pas les deux traditionnelles de l'Elysée Montmartre (souvenez-vous d'Annihilator en 2007...). Ce changement dans mes habitudes m'a valu de me faire copieusement insulter par 2 de mes camarades de concert (T2Fr et Anabolisant) à qui j'avais vivement conseillé d'aller chercher des boissons au bar parce que "oui oui je vous assure, il y a largement le temps, il y a toujours un groupe pas connu pour commencer". Désolé.



Donc Turisas attaque directement, avec un nouveau logo tout beau et une déco bleue et grise qui tranche avec les habituelles couleurs ocres et rouges. Le public hurle en coeur "Tourrrrizasse" (c'est comme ça qu'on dit en finnois) quand les premières notes de Battle Metal resonnent... A partir de là, je ne sais plus très bien ce qu'il se passe : ça chante, ça saute, ça danse dans tous les sens, bref c'est la folie, c'est Turisas, j'adore. En passant dans le pogo on recontre un autre camarade de concert, elfeshurikn, lui aussi "Lastfmien". Décidemment ce soir c'est "ze place tou bi" comme dirait nos amis anglo-saxons.

Tiens, ça se calme un peu quand Mathias goute une bière française (de marque Carrefour, je puis pas sûr que ça le meilleur choix, mais bon) en préambule à One More. Il raconte sa petite anecdote du concert de Iced Earth, quand, après avoir renversé de la bière sur scène, il s'était lamentablement viandé comme une loutre bourrée, et demande si quelqu'un était là. OUI MOI !! Et mon pote MrRoces aussi !! "You were there ?" nous demande-t-il... YEEEESSS !! Bon, on a plus de voix, mais au moins il a nous a vu et entendu (comme quoi ça vaut la peine de jouer des coudes pour être devant). Ô instant de joie suprême !

Et tout ça passe trop vite, c'est déjà la fin... Le violoniste (qui répond au doux nom relativement imprononçable de Olli Vänskä) jete sa serviette dans la foule et là je vous raconte pas la mêlée qui s'en est suivie pour essayer d'en attraper un bout. Par contre ça sera sans moi les gars, si je veux une serviette pleine de maquillage et de transpiration je peux la faire moi même, merci bien.



Pendant l'installation du matos de DragonForce, direction le stand merchandising où Mathias, Olli et Hannu font une petite séance de dédicaces (sur le billet du concert ça sera parfait !). On a juste le temps d'échanger quelques mots avant qu'un vigile nous fasse circuler... Court mais intense !

Reste maintenant la deuxième partie, DragonForce. Cher lecteur (et lectrice, puisqu'il parait que j'en ai maintenant, bonjour Shanodyn ;-), tu as déjà passé un certain temps à lire ma prose jusqu'ici alors je vais être bref pour que tu puisses retourner vaquer à tes occupations quotidiennes : c'était à chier.

Bon, pas totalement à chier non plus, ça n'atteint pas le niveau d'un Lacrimas Profundere (qui reste indétronable parmi les lives de merde), mais quand même bien pourri. A part sauter dans tous les sens et faire 10 blagues à la minute pipi/caca du genre "Herman à un petit zizi" et "je mime une branlette avec une bouteille d'eau et j'en fait gicler partout", DragonForce ne sait pas faire grand chose. Il n'est même pas capable de jouer ses morceaux en live : ça rensemble à une purée de notes indiscernables, et à part quelques passages plus clean, c'est pas très agréable à écouter et super répetitif. Le seul petit moment original fut lorsque Netta Skog (l'accordéoniste de Turisas) est revenue sur scène (sans peintures de guerre) pour un solo avec le clavieriste de DragonForce.

Du coup je suis resté au bar avec MrRoces ce qui m'a permis d'éviter d'abimer mon précieux, non pas anneau, mais billet dédicacé de Turisas ! On a même croisé Jussi Wickström (de Turisas), venu regarder un bout du show de ses camarades de tournée. Sans peintures de guerre ça change !

Finalement, j'ai hâte de revoir Turisas à Wacken cet été. Histoire de rester dans l'ambiance, j'ai écrit ce petit compte-rendu en regardant le DVD "A finnish summer with Turisas" que je recommande vivement à tous les fans (qui comprennent bien l'anglais quand même, parceque le documentaire n'est pas traduit), ainsi qu'à mes voisins qui ont bien dû en profiter ce soir. Kiitos, näkemiin !

PS : je sais que vous vous inquiétiez alors oui, c'est bon, le chauffage fonctionne, j'ai moins froid aux doigts, merci.

Kommentare

Sage etwas. Melde dich bei Last.fm an oder registriere ein neues Benutzerkonto (es kostet nichts).