[Chronique] Betray-Ed - Aegishjalmur (EP)

RSS
Weiterleiten

5. Feb. 2010, 23:15

L'Islande, pays mystérieux aux roches volcaniques, aux artistes ou groupes musicaux très inspirés tels que Björk, Sigur Rós, The Sugarcubes, Sólstafir ou Falkenbach (du moins de son créateur qui en est origine)... contrée mystique où de nombreuses quêtes liées à la magie et à la sorcellerie sont venues inspirer bon nombre d'auteurs ou autres artistes...


... Plus qu'une simple nation, un receuil de souvenirs, d'histoires, de mythes nordiques et vikings ayant bercé une population fière de ses origines.


Betray-Ed n'est pas un projet islandais. Et pourtant... de l'essence même de cet EP Aegishjalmur (EP) se dégage toute une féérie nordique retraçant une intense et obscure procession dans un contexte local très réaliste.


François alias Walran, son créateur, a toujours été bercé par cette mythologique si riche et si transcendante. Sa passion pour la série BD "Islandia", écrite entre 2006 et 2008 par Marc Védrines, a été ici l'inspiration principale de cette offrande propice à l'évasion. L'aegishjalmur, au centre de cette saga en 3 tomes, est un symbole trés important et puissant dans la tradition nordique, généralement utilisé comme amulette protectrice car protégeant celui qui le porte contre les attaques ennemies.


Ici la musique joue un rôle à la fois historique et d'incitation au voyage. Le long de ses 6 pistes, à la fois indissociables et très différentes des unes des autres car empruntant différents styles allant du dark ambiant au true black metal en passant par la musique électronique aux touches épiques ou autres tonalités cold wave, nous sommes transportés ailleurs. Au-delà des mers, au-delà du temps.


Un travail ambitieux. Souvent déroutant. Mais à la puissance créative indéniable, comme portée par des ancêtres islandais venus l'espace d'un EP hanter l'esprit musical du sieur François.


Peu importe ici de mettre en avant une chanson ou non, tant elles forment un tout et sont imprégnées d'une même énergie occulte. Citons tout de même l'ouverture, Aegishjalmur, titre donc éponyme à la saga (aussi présent sur l'album Woods of Eternity sorti en fin d'année 2009), clef de voûte et pierre angulaire du projet. Sans oublier ce déroutant titre black au titre islandais, Aegishjalmur Part. III - Stafur Til Að Vekja Upp Draug (avec la participation de Rosarius, comparse de Walran dans le groupe doom gothique Angellore), où rage et énergie surprennent autant qu'elles clouent sur place.


Sans aucun doute une oeuvre unique que cet EP sorti (pour l'instant uniquement sur last.fm, mais nul doute que certains labels seront bientôt intéressés) en janvier 2010. Qui va bien au-delà de la musique... et donc, également ici, au-delà des mots.


Ma note : 9/10



EP à écouter gratuitement sur la page last.fm dédiée à cet effet : Aegishjalmur (EP)

Kommentare

Sage etwas. Melde dich bei Last.fm an oder registriere ein neues Benutzerkonto (es kostet nichts).